Partagez | 
 

 L'enfant de la honte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Atsuro Yokota

avatar


♠ Identité de votre personnage
Race: Humain
Age: 55 ans
Métier: PDG d'Eneru

MessageSujet: L'enfant de la honte   Dim 9 Aoû - 3:18

Monsieur Yokota venait de terminer sa journée lorsqu'il arriva à l'entrée de l'immeuble. Un homme d'origine étrangère s'approche de sa voiture aux vitres teintées. Il ouvrit la portière pour laisser sortir son employeur qui entra en quelques secondes au coeur névralgique des anti-Kimyona. Un petit sourire se dessina rapidement sur ses lèvres, Yokota retira ses lunettes de soleil et apprécia les signe de respect qu'il provoqua sur son passage. Il aimait cet endroit, c'était pour lui comme un second foyer, un endroit cher où il pouvait être sûr que la personne en face de lui comprenait les enjeux qui menacer notre monde. Ici, il pouvait sans retenue se dévoiler, montrer à tous qu'il serait prêt à tout pour éradiquer les Kimyona, c'était là la raison de son ascension et au bureau, tous le reconnaissaient pour cela.  

Aujourd'hui, il n'était pas là pour s'assurer de ses alliances ou profiter de son temps libre. Il traversa l'immeuble en marchant rapidement, son garde ouvrant la marche pour lui, par moment son pistolet anti-K se laissant devenir sous sa veste de costume gris sombre. Ce qui l'attendait ce jour-ci était exceptionnel, il espérait pouvoir y soutirer un avantage dans la lutte contre ces êtres déviants. Lorsque l'occasion s'était présentée, il avait accepté sans réfléchir, avant de recevoir ce message, il n'avait jamais envisagé qu'une amitié entre la société Eneru et l'orphelinat de Kazuo Andrew serait possible. Maintenant, il y voyait une opportunité à saisir pour son image, mais avant tout pour ses projets de grandeurs au sujet de la brigade spéciale. Il continuait d'avancer sans regarder sur les côtés, suivant le dos de son garde du corps.

Dans une cave dissimulée du bureaux des Partisans.

Le néon clignote au moment où l'homme de main allume la lumière. Atsuro est derrière lui et entre dans une pièce aux murs de béton, il se dirige vers le bout de la table. C'est un endroit complètement épuré, une longue table en métal est liée au sol, en son centre se trouve une plaque transparente. Une dizaine de chaises sont libres. Il n'y a rien d'autre ici, à part une pochette. Le PDG la prend en main et l'ouvre, des pages digitales défilent alors. Son garde est resté à l'encadrement de la porte, comme s'il attendait l'arrivée de quelqu'un. Yokota était penchée sur les informations que la brigade spéciale avait déjà récupérées sur l'individu.

Il y avait là toutes les informations de bases, il s'arrêta une seconde sur le jeune âge du Kimyona. Quant à la plus importante, elle n'y figurait pas, les forces spéciales n'avaient pas encore pu détecter ses capacités. Il continua de tourner les pages digitales tout en se demandant s'il avait raison de faire confiance à cet individu. Ils s'étaient croisés à plusieurs reprises dans le bureau des partisans ou lors de réceptions mondaines, mais c'était là leur premier rendez-vous. Kazuo lui avait demandé de le rejoindre dans les sous-sols du bureau pour parler de l'avenir d'un Kimyona prénommait Miasake Ren. Un appel avait suffi à Yokota pour avoir les dossiers de la BS.

Cela faisait des années qu'il était l'un des principaux investisseurs, ses contacts au sein de l'organisation était presque sans limite. Il tomba sur les derniers rapports de localisation, il datait de moins de vingt-quatre heures. Il referma la pochette et la garda près de lui. Un bruit résonnait dans le couloir menant à la cave dissimulée. C'était lui, Atsu jeta un coup d'oeil à sa montre et pensa qu'il était en retard de quelques minutes, il arborait un visage impassible. Toujours dans le costume bleu foncé qu'il arborait à son entreprise, il n'avait pas pris le temps de se changer, à quoi bon. Il ne bougea pas, attendant que Kazuo entre et le rejoigne.


Dernière édition par Atsuro Yokota le Sam 17 Oct - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'enfant de la honte   Mar 18 Aoû - 2:44

J'attrapai mon portable, il affichait 22h 30. PlusPlus qu'une demi-heure avant le rendez-vous avec M.Yokota. J'étais assis dans un grand fauteuil en cuir dans un hôtel des quartiers chics de Matsuri. Les lumières de la chambre étaient éteintes, j'avais toujours préféré sans y voir parfaitement. J'attrapais la boîte de pilules devant moi, c'était un mélange de plusieurs sédatifs plus ou moins puissant, ce mélange me permettait de garder mon calme en de nombreuses situations, enfin c'est ce que je me disais mais en vérité j'étais complètement accro à ces petites choses. J'en avalais une avec un verre d'eau, je sentis d'abord une légère migraine puis mes muscles ce détendirent, mon cœur ralentit et je vis des couleurs et des formes étranges. Au bout de quelques minutes les hallucinations disparurent, je ré-enfilai mon costume puis appelai mon chauffeur.
Cette rencontre était pour moi une chance inouïe mais aussi un risque inconsidéré. Cet enfant était très important pour moi cependant je devais traiter avec Atsuro Yokota, une des figures les plus puissantes du Japon actuel n'était en aucun cas chose aisée. De plus, de mon côté je n'avais que peu d'argument, je pouvais lui proposer de l'argent mais je sais très bien qu'il s'en désintéresse totalement, ça société lui suffit amplement, l'un de mes seuls arguments puissants sont les rapports de plusieurs expériences effectuées sur des Kimoyonas. Dans cette négociation chaque détails comptaient de l'heure de mon arrivé aux rendez-vous, jusqu'au mots que choisiraient. Cela allait être une bataille, une guerre où mon objectif va être de déceler la moindre faille chez mon adversaire tout en cachant les miennes. Je lui en ai déjà révélé une grande en lui faisant part de mon intérêt pour ces êtres détesté. Je vérifiais l'heure toutes les minutes. J'avais décidé de me rendre au rendez-vous avec un peu de retard, arriver à l'heure ou pire en avance était lui accorder une trop grande importance et donc concéder du terrain.


Je pénétrai dans la salle de la rencontre d'un pas lent et m'installer sur la chaise prévue à cet effet. La salle était vide j'avais pris toutes les précautions possible pour que cette réunion ne soit écoutée par aucune oreille indiscrète. Je pris un ton neutre et commença :

« Veuillez excuser mon retard, des affaires urgentes m'ont retardé. »

Je marquais une pause puis repris :

« Désolé de vous imposer une rencontre dans un endroit aussi peu agréable mais je tiens à ce que cette rencontre reste loin des oreilles indiscrète. Enfin, ne perdons pas plus de temps. Voyez-vous j'ai entendu parlé d'un Kimoyona nommé Miasake Ren et je ne suis pas sans savoir que vous avez des contacts avec la brigade spéciale, je voudrais obtenir un dossier complet sur ce jeune homme et je sais que vous pourriez m'en fournir un. Maintenant je suppose que ces informations ne sont pas gratuites alors votre prix sera le mien. »
J'apportais une importance toute particulière à ma respiration pour qu'aucun signe de stress quelconque puisse transparaître. Tout en gardant un visage fermé je l'observais en attente d'une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Atsuro Yokota

avatar


♠ Identité de votre personnage
Race: Humain
Age: 55 ans
Métier: PDG d'Eneru

MessageSujet: Re: L'enfant de la honte   Ven 21 Aoû - 11:00

Yokota n'avait pas apprécié l'entrée de l'homme qui l'avait fait venir à cette heure tardive au lieu de retourner auprès de sa femme. Son manque flagrant de respect avait irrité le PDG qui conserva son regard froid que tous lui connaissaient. Un signe d’œil à son garde du corps, celui-ci se mit à l'extérieur et referma la porte derrière lui. Atsuro s'avança vers le milieu de la salle, mais ne prit pas place, préférant rester debout. Il se mit face à la table et déposa sa pochette en gardant un instant ses doigts dessus avant de se tourner vers son potentiel collaborateur. D'une voix calme il lui répondit :
- Rien n'est gratuit en effet dans ce monde. Avant que vous ne m'interpelliez, je dois vous avouer que je ne vous avais jamais remarqué. Pourtant, vous avez éveillé en moi une curiosité. Il posa les yeux une seconde sur la pochette. J'ai ce que vous m'avez demandé. Je ne vous demanderais qu'une chose avant de partager ces informations avec vous. Je veux savoir ce que vous comptez faire avec cet enfant et ce qu'il représente pour vous ?
Il s'approcha d'Andrew et prit place à ses côtés, se posant sur la table entre l'homme et les informations qu'il convoitait. Atsuro ne se lançait jamais dans une nouvelle alliance sans une contre partie que lui seul pouvait juger suffisante. Il n'avait jamais eu aucun souci à tromper ceux avec qui il avait à faire. Bien au contraire, il s'amusait de ces situations où il avait le pouvoir et pouvait réclamer autant qu'il le souhaitait. Le PGD avait bien l'intention d'en faire de même avec ce directeur. Il n'avait aucune envie de lui porter atteinte, tout ce qu'il désirait c'était améliorer sa situation et celle de son parti.

Cet homme pouvait être un allié fort appréciable pour le futur. Yokota y avait vu une opportunité pour la Brigade Spéciale, il n'était pas l'un des principaux actionnaires pour sa simple image. Ce groupe de soldats d'élite représentait pour lui l'avenir du pays, même il n'avait jamais vraiment accepté que les Kimyona soient indispensables. Alors, lorsqu'un directeur d'orphelinat était venu vers lui pour lui demander de rechercher l'un de ces êtres impurs, une idée ne quitter plus son esprit. Il ne savait pas s'il pouvait faire confiance à Kazuo, très certainement pas ! Pourtant il fallait jouer franc jeu, lui-même s'était mis dans une situation délicate en demandant un tel rendez-vous.

Atsuro se retourna pour prendre la pochette. Il la posa sur sa jambe, ses mains sur l'objet la tenant à la verticale. Ce geste était comme une tentation, il voulait que son interlocuteur pense qu'il n'avait qu'à tendre la main pour l'avoir, mais il ajouta :
- Comme vous l'avez souligné, je suis un de ceux qui soutiennent notre Brigade Spéciale. Je m'efforce de croire que c'est un atout majeur dans la reconstruction de notre pays. Aujourd'hui vous êtes d'ailleurs ici à cause de mon lien avec elle, tout ce que je demande c'est que vous sachiez lui renvoyez une faveur.
Il n'avait toujours pas décidé de dévoiler toutes ses cartes. Yokota ne pouvait livrer les projets qu'il s'était imaginés après avoir reçu la note de Kazuo. Avant, il voulait qu'il se confesse. Il devait savoir quel genre d'homme il avait devant lui. Dans son milieu, il se devait de se méfier de chaque demande de la part d'un étranger et Atsuro était un homme méfiant de nature. Il attendait la réaction du directeur avec un visage fermé et inexpressif.


Dernière édition par Atsuro Yokota le Sam 17 Oct - 14:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'enfant de la honte   Sam 12 Sep - 4:53

Évidement, Atsuro était un homme prudent, il ne dévoilait que le minimum et m'obligeait à jouer cartes sur tables. Je ne pouvais cependant pas me permettre de tout révéler sur l'enfant, en plus d'être un sujet d'étude très prometteur, il serait aussi un argument de poids si jamais je devais négocier avec la brigade spéciale. Sachant la proximité de la brigade et de M.Yokata, il n'y a que peu de chance pour qu'il accepte de me donner ni même de me vendre ces informations. Tout en laissant un instant de flottement je répondis d'une voix neutre :

- M.Yokata, cet enfant me semble être un sujet d'étude passionnant pour mon département scientifique, cependant je peux vous assurer qu'aucun mal ne lui sera fait. L'avancer de nos recherches vous sera bien sur communiqué en priorité.

Je fis alors roulé mes doigts sur la table, la salle dans laquelle nous parlions été parfaitement silencieuse si l'on oubliait ce discret bruit de ventilation. Évidemment il me parla assez rapidement de la brigade, une faveur ? Cette histoire commençait à prendre un tournant qui ne me plaisait guère. Sans être particulièrement engager contre la brigade, je n'aimais absolument pas leur existence, en fait ils étaient à l'opposé de toutes mes croyances. Il décimait toute une population à cause de leur naissance et non de leurs actes. De plus je la soupçonnais largement d'être une police d'état éliminant toute dissidence. Voilà une des raisons de la création de l'orphelinat, il était un lieu protégé de la brigade et dans lequel les Kimonya allaient pouvoir apprendre à vivre et à se maîtriser. Je repris :

-Quant à la brigade Spéciale je saurais bien sur leur renvoyer l'ascenseur quand l'occasion se présentera.

C'est à ce moment là qu'elle arriva, la tension. Mon cœur s'était mis à battre plus fort et j'étais assaillis par une chaleur étouffante. La sueur ne tarderait pas à glisser sur ma peau alors que j'essayais de tout mon être de ne rien montrer.
Revenir en haut Aller en bas
Atsuro Yokota

avatar


♠ Identité de votre personnage
Race: Humain
Age: 55 ans
Métier: PDG d'Eneru

MessageSujet: Re: L'enfant de la honte   Sam 19 Sep - 7:02

Cette réponse ne lui plaisait pas. L'homme qu'il avait devant lui ne semblait pas avoir la carrure qu'il recherchait. Remontant légèrement la manche de sa veste pour jeter un œil à sa montre, il n'avait pas envie de s'attarder plus longtemps. Il posa le dossier à côté de lui, il n'avait pas encore l'intention de lui donner. Kazuo n'avait pas répondu clairement à sa question et cela le dérangeait. Le PDG n'avait aucunement envie de vendre ces informations, en tout cas, pas contre une somme d'argent. C'était là un avantage qu'il voulait obtenir, mais le directeur de l'orphelinat n'était très certainement pas dans la même optique que lui. Était-ce réellement dérangeant ? Pas vraiment, il avait toujours composé avec les imprévus de la vie.

Fixant Kazuo sans laisser transparaître la moindre émotion, il dit ses paroles sans aucune gêne, assumant ses convictions d'une voix glaçante, mais douce :

- C'est le bien-être des concitoyens qui m'importe, pas celui des Kimyona. J'ai dédié ma vie à la sauvegarde de l'unité de notre pays. Le centre qui peut être durement critiqué, est une institution tout aussi importante que la vôtre dans ce nouveau Japon. Si vous désirez ces informations, il va vous falloir être franc avoir moi. Qu'est-ce que votre département scientifique compte faire de cet individu ?

Il marqua une pause, le silence se faisant lourd, il voyait bien que son interlocuteur n'était pas à l'aise et il avait envie de lui continuer de montrer que c'était lui qui mené la danse. Ici, il était dans son domaine, cet homme n'avait pas du mesureû l'ampleur de son geste. Cette simple note l'avait révélé aux yeux d'Atsuro qui désormais compter bien s'approprier cet orphelinat. Cependant, il n'avait pas l'intention de lui montrer ses intentions réelles, il ne le faisait jamais tout à fait, même avec les rares personnes de confiance qui l'entouraient. Reposant son regard sur Andrew, le japonais ajouta toujours avec cette voix monocorde :

- Je ne peux vous révéler les informations de la BS si vous n'êtes pas honnête avec moi. Je ne sais pas si vous serez en mesure de nous envoyer le service espéré, mais si vous voulez notre aide, il va falloir commencer par me dire pourquoi vous recherchez cet individu.

Atsuro se leva et prit la pochette en main. Il prenait tout son temps. Il l'ouvrit et regarda à nouveau le dossier, une actualisation venait tout juste d'être faite, la localisation du gamin venait de se mettre à jour. D'un geste lent de glisser sur l'objet, une image fut envoyée sur la plaque centrale de la table. Un écran holographique bleuté se matérialisa au dessus. Il y avait la photo de l'enfant que recherché Kazuo, ainsi que son nom et prénom. C'était là les seules informations visibles. Le partisan précisa :

- Comme vous pouvez le voir, j'ai avec moi le dossier complet du garçon, il me suffit d'un clique pour faire apparaître les informations confidentielles. Pour cela, je veux connaître votre projet, soyez honnête avec moi et vous aurez ce que vous êtes venus chercher. En plus, il semblerait que la BS vienne tout juste de mettre à jour son statut. Vous pourrez sortir d'ici et aller le chercher dans l'heure.

Atsuro posa l'objet, mais effleura des doigts le bouton d'autorisation de divulgation. Il commençait à s'impatienter, si le directeur ne se livrait pas très vite, il n'aurait aucun problème à le laisser seul dans cette cave sans aucune information. Il rejeta un coup d'œil à sa montre, comme pour lui signaler que le temps qu'il lui accordait, arrivait à terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'enfant de la honte   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'enfant de la honte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)
» l'etudiant haitien typique est une honte nationale:
» J'ai honte
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RPG :: Gaikoku Kin'dai  ::  :: Matsuri :: Bureaux des Partisans-