Partagez | 
 

 Kayna Assan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kayna Assan

avatar

PM : 5

♠ Identité de votre personnage
Race: Kimyōna C
Age: 21
Métier: Serveuse

MessageSujet: Kayna Assan   Mar 18 Aoû - 3:44

© Arrogant Mischief sur Never Utopia
Kayna Assan

«When you feel my heat
Look into my eyes
It’s where my demons hide
It’s where my demons hide
Don’t get too close
It’s dark inside
It’s where my demons hide
It’s where my demons hide »



۞ NOM : Assan
۞ PRÉNOM(S) : Kayna (de l'hébreu "rebelle")
۞ SURNOM : Aucun
۞ AGE : 21 ans
۞ NATIONALITE: Américaine
۞ LIEU DE VIE : Tokyo, Shibuya
۞ PROFESSION : Espion au compte des Insurgés
۞ GROUPE : Civil
۞ RANG : Insurgée
۞ KIMYONA ?  : Oui
۞ SI OUI, QUEL EST VOTRE DON ?  : Perception des vibrations (cf "Votre don")
۞ AVATAR : Julia Zabolotnikova
۞ DOUBLE COMPTE ? NON
۞ PREDEFINI ? : NON


DESCRIPTION PHYSIQUE


Le fait le plus marquant chez Kayna c’est que c’est une étrangère. Lorsqu’elle se promène dans les rues de Tokyo, les gens la regardent non par xénophobie, loin de là, la plus part ont déjà vu des étrangers, mais par curiosité. Les japonais n’étaient pas habitués à voir une jeune fille d’un peu plus d’un mètre soixante-dix travailler comme serveuse dans le café du coin. En effet bien qu’elle soit largement dans la moyenne aux Etats-Unis, au Japon elle dépassait quasiment toutes les femmes et pas mal d’hommes. Ses longs cheveux roux étaient souvent associés au flamboiement d’une flamme ce qui amenait les gens à la rattacher à cet élément. Le premier mot qui leur venait à l’esprit était « sensuel ». Elle avait appris à se mouvoir très gracieusement parce que cela plaisait à ses tortionnaires et elle n’avait su se défaire de cette habitude. A vingt et un an, elle avait une posture et un physique qui lui donnait l’allure d’une femme et non plus d’une jeune fille. Cependant avoir un physique attirant n’était pas complétement inutile et lui permettait d’avoir des pourboires !

♫ ♫ ♫



Kayna était belle on ne pouvait le nier. Ses longs cheveux roux mettait en valeur un visage pâle et le faisait rayonner par ce contraste. Comme la plupart des roux sa peau ne pouvait bronzer et prenait plus de coup de soleil qu’autre chose ce qui expliquait son perpétuel teint pâle. Cependant à part les ivrognes elle n’attirait personne. Elle pensait être douée pour simuler les émotions et c’était le cas, elle savait sourire alors que tout son être lui disait de pleurer. Elle savait pleurer si besoin s’en faisait sentir pour attirer l’attention. Mais en dehors des moments où elle choisissait de simuler des émotions, son visage était vide. Naturellement aucun émotion, aucun sourire ne traversait son visage, il était perpétuellement fermé et froid. Ses yeux semblaient vides alors qu’ils auraient dû être les fenêtres de son âme. Cela perturbait les gens qu’elle rencontrait, ils avaient l’habitude d’essayer de déchiffrer les expressions du visage des personnes en face d’elle mais elle était incapable de simuler des émotions en permanence et ses propres émotions, elle les avait reléguées bien trop loin pour que celles-ci affectent ne serait-ce que son regard.

♫ ♫ ♫


Une autre chose importante est son style vestimentaire. Elle aime les vêtements qui la laisse libre de ses mouvements car elle a reçu un entrainement qui lui permet de se défendre et elle ne voudrait pas qu’une robe trop moulante l’empêche de décocher un coup de pied dans l’entre jambe d’un homme trop affectueux. Elle est finement musclée rien de très marqué  mais on voit qu’elle n’est pas fluette. Elle ne sait pas réellement se battre mais on lui a appris des techniques de self-défense que la plupart des gens ne connaissent pas ce qui lui permet de savoir se défendre contre le commun des mortels bien qu’elle ne fasse pas le poids contre un  grand gaillard tout en muscle ou contre quelqu’un qui a déjà pratiquer un peu de sport de combat. Mais revenons-en à son style. Elle ne porte pour ainsi dire jamais de décolleté et de vêtements qui pourraient montrer son ventre ou la partie basse de son dos. Pourtant cela pourrait la rendre encore plus sexy vous me diriez. Mais elle n’en a tout simplement pas le choix. De nombreuses cicatrices parcours son dos, vestiges des coups de fouet qu’elle avait reçu et sur son ventre un chiffre marqué au fer rouge. Un « deux » de peau brulée pour montrer qu’elle était la deuxième arme qu’ils avaient créée. Ces marques elle en avait honte, bien qu’elle pensait ne plus rien ressentir et ne plus être réellement humaine, elle avait honte de ces marques qui étaient un témoignage de ses actions passées et elle choisissait ses vêtements de façon à ce que personne ne puissent les voir.


DESCRIPTION MENTALE


Le premier mot qui serait venu à l’esprit de quelqu’un qui serait entré dans son esprit aurait été « perdue ». Kayna était complétement perdue. Cela faisait quatre ans qu’elle cherchait le chemin du retour, s’accrochant à ses quelques souvenirs d’enfances, ses seuls souvenirs où elle avait connu le sens du mot bonheur. Elle essayait de retrouver ces sentiments qui l’avaient parcouru alors qu’elle n’avait pas encore compris le sens de la souffrance. Elle s’efforçait de s’accrocher à ces instants où elle souriait  et riait. C’était son ancre, son phare au milieu de la violence de la mer déchainée. Ses souvenirs de sa période où elle avait réellement été humaine. Aujourd’hui elle en savait pas qui elle était. On avait essayé de faire d’elle une arme. Y étaient-ils parvenus ? Elle n’en savait rien. Elle voulait être humaine mais elle le voyait bien elle n’était pas comme les autres, pas même comme les  Kimyonas. Elle n’arrivait pas à être triste lorsque quelqu’un lui racontait la mort d’un proche ou à rire aux éclats face à une blague.  Cependant, Kayna  ne cesse de se battre prouver aux autres qu’elle est humaine mais surtout pour se le prouver à elle-même. Cependant elle ne se rend pas compte que de petits détails prouvent qu’elle est encore capable d’aimer et de ressentir des choses. Elle ne se rend pas compte que c’est être gentil que de ramener toute sa paie du mois à la femme qui l’héberge alors qu’elle n’en demande pas tant.

♫ ♫ ♫


Kayna est pour ainsi très peu sociable. Elle n’aime pas discuter avec les autres parce que c’est au sein de la société qu’elle se rend compte de sa différence et que les gens se rendent compte. Elle a pris l’habitude de discuter un minimum avec les clients du bar mais jamais sur des sujets trop personnels. Elle se montre juste polie, répond aux questions et les questionne sur leur vie quotidienne. Mis à part ça, Kayna est très sûre d’elle et ne cède pour ainsi dire jamais à la peur : elle la maitrise. Le danger et la douleur, elle a appris à y faire face très tôt, elle ne les craint donc pas. Elle ne prend cependant pas de risques inutiles. Elle connait ses capacités et sait ce qu’elle sait faire ou non : elle ne se surestime jamais ni se sous-estime. Elle sait qu’elle est capable de manipuler facilement les gens et elle n’hésite pas à s’en servir quand cela lui est profitable. Cependant elle ne le fait que sur des personnes qui pour elle le mérite. Elle ne tentera pas de manipuler un enfant ou un pauvre homme fatigué par ses journées de travail incessant qui tente de ramener un maximum d’argent à sa famille. Encore une fois cette différence qu’elle fait montre qu’elle n’est pas juste une arme.

♫ ♫ ♫


Avec la nouvelle liberté qu’elle a acquise, elle a découvert la musique. Lorsqu’elle était au service des « Délivreurs » elle n’avait en aucun cas accès à la musique, à la lecture ou à un quelconque loisir. Et en découvrant la musique, elle s’était découvert une passion. La musique communiquait des sentiments et des émotions. Elle adorerait passer des heures à écouter de la musique bien qu’elle se juge complètement incapable d’en faire. Elle avait l’impression d’effleurer les émotions des gens, de les ressentir, tandis que la musique s’écoulait à travers elle. Elle ne savait pas d’où lui venait ce plaisir mais elle n’hésitait pas à essayer d’en profiter un maximum à chaque fois qu’elle le pouvait. Elle avait alors l’impression de découvrir un nouveau monde qu’elle arrivait à comprendre. Et elle se surprenait parfois à fredonner l’air ou à murmurer les paroles lorsqu’elle était toute seule.








VOTRE DON


Kayna a découvert son don très tôt : à l’âge de cinq ans. Cela lui a permis d’apprendre à l’exploiter au maximum à en connaitre les limites pour mieux en profiter. Elle a surtout appris à s’en servir dans le cadre de l’infiltration comme le souhaitait les « délivreurs ». Mais revenons au sujet : son don en lui-même. Kayna est capable de percevoir les vibrations que communique le sol. Tout ce qui touche le sol, elle le perçoit. Cette perception s’étend à environ six mètres en lieu clos et à dix mètre lorsqu’il y a aucun obstacle pour atténuer la propagation des vibrations. Elle est tellement habituée à utiliser son don qu’il est comme un sixième sens pour elle. Elle se forme une image mentale de chaque vibration qu’elle perçoit attribuant la puissance de la vibration à un animal, un homme, une femme ou un objet qui tombe.





VOTRE HISTOIRE


« - Tu ne pourras jamais la remplacer, tout ce qu’il reste d’elle c’est votre fille. Aime là comme tu as aimé ta femme. Aime là comme vous l’auriez aimée à vous deux. Ne gâche pas sa vie par cette haine qui te noircit le cœur.»

 Âme qui s’éloigne
Voguant au loin
Tristesse
 

Agée d’à peine quatre ans, mais déjà très curieuse, la petite fille écoute son père pleurer derrière la porte tandis qu’un autre monsieur le réconfortait. Elle ne savait pas pourquoi son papa pleurait. Elle ne comprenait pas, on lui avait dit que les grands ne pleuraient pas. Etait-ce parce à lui aussi on lui avait dit que sa maman était partie ? Elle ouvrit la porte et courut dans les bras de son père.


-Tu sais maman est partie mais elle reviendra ! Jamais elle ne nous abandonnerait !


A ces mots, l’homme la sera dans ses bras en redoublant de sanglots. Après tout, à cet âge, un enfant ne pouvait pas comprendre ce que signifiait mourir. Elle ne pouvait pas comprendre que sa mère n’était pas partie par choix mais parce qu’on l’avait forcée. Elle ne pouvait pas comprendre ce que signifiait qu’elle ne pourra plus jamais revoir l’une des personnes qui l’aimait le plus au monde. Et surtout elle ne pouvait pas comprendre à quel point une telle mort pouvait ronger le cœur d’un homme, aussi pur soit-il, car ce qu’elle ne savait pas, c’est que sa mère avait été tué, par accident certains diront mais pour son père cela reste et restera un meurtre et il consacrera sa vie à la venger.


♫  ♫ ♫



« -Papa, y’a quelqu’un qui s’est fait mal derrière cette maison.
Son père la regarda, surpris, mais l’écouta et se dirigea derrière la maison indiquée où il découvrit une vieille femme qui était tombée en bas de ses marches, tout en regardant, inquiet, sa fille. »


 Différence
Regards fixés
Incompréhension
 

Elle n’avait que cinq ans lorsqu’elle apprit ce que c’était qu’être différente. De percevoir des choses que les autres ne voient pas. D’effrayer le voisin avec qui elle jouait au ballon tous les jours auparavant. D’être regardée par tous ces yeux autrefois affectueux mais désormais plein de mépris.   Son père lui expliqua qu’elle n’était pas comme les autres et que c’étaient des êtres comme elle qui avait tué sa mère. Il n’avait pas peur de lui dire la vérité, ni aucun regret. Il n’aimait pas les êtres qui avaient un don. Il les détestait et c’est pour cela qu’il s’était engagé dans un groupe depuis un an pour les éradiquer. Ces êtres devaient disparaître de la Terre ou ils la mèneraient à sa ruine. Son cœur avait été peu à peu rongé par la mort de sa femme et ce qu’il en restait il le consacrait à la venger peu importe le sacrifice à faire, peu importe si cela impliquait sa fille.  Lorsqu’il avait compris qu’elle faisait partie d’eux, le peu qu’il lui restait d’humain disparu en même temps que son amour pour sa fille. Et bien qu’elle soit trop jeune pour comprendre la multitude de sentiments qui tourbillonnaient dans le cœur de son père, elle comprit qu’à partir de ce moment sa vie ne serait plus jamais la même.


♫  ♫  ♫



« -Tu les écouteras attentivement et tu obéiras au moindre de leur mots, peu importe ce qu’ils te demandent, tu le feras pour moi et pour ta mère.
La petite fille le regarda avec de grands yeux emplis d’inquiétude et hocha la tête. »


 Difficulté
Souffrance
Entrainement
 

A cinq ans elle fut donc confiée au groupe pour lequel se battait leur père. Leur but : supprimer tous ceux qui avaient un don. Bien sûr ce groupe était jugé extrémiste par la plupart de la population qui pourtant était pour l’enfermement de ces personnes. Cependant le nombre de personnes rejoignant ce groupe était de plus en plus  important car même si en publique on jugeait leurs actions comme trop radicales, beaucoup étaient avec eux en secret. C’était un pays de violence.  Vous allez me dire que c’est étrange de leur confier une fille qu’ils auraient dû tuer avec une telle philosophie. Cependant ils avaient besoin de ce genre de pouvoir de leur côté afin de prendre l’avantage et les enfants qui révélaient leur don très tôt étaient des personnes très influençables qui pourraient les servir. Ils furent deux à servir de prototypes : une fille et un garçon, tous deux âgés de cinq ans ce qui était plutôt rare. Les dons ne se révélaient rarement si tôt. On les incita à développer leur don et à devenir des armes pour ce groupe qui se faisaient appeler les « Délivreurs ». Leur but ? Supprimer la moindre de leur émotion, effacer leur personnalité pour en faire des soldats parfaits qui tueraient leurs semblables pour eux sans poser la moindre question. La petite fille obéit comme le lui avait demandé son père. Elle pleura de nombreuses fois mais quand on lui disait d’arrêter, elle s’arrêtait en se disant que son papa qui, elle en était certaine, l’aimait le lui avait demandé au nom de sa mère.


♫  ♫  ♫



«  Le corps tomba lourdement sur le sol et une flaque de sang commença à se former dessous.
-Ne bouge pas ! Ou tu subiras le même sort, il a désobéit. »


 Âme perdue
Cherche la vérité
Douleur
 

Elle avait souffert, beaucoup souffert. Elle avait subi les coups multiples de ses supérieurs. Sa peau avait lacérée et brulée par endroit. Elle avait même était violée par ces hommes qui la considérait comme rien de plus qu’un objet. Mais jamais elle n’avait autant souffert. Elle vit le corps de Fuyuko inerte sur le sol comme s’il dormait, mais elle savait que cet homme qu’elle connaissait par cœur ne la regarderait plus avec ces yeux remplis d’amour, qu’il ne toucherait plus sa joue avec sa main si douce, qu’il ne la serrerait plus dans ses bras, ni même qu’il ne pourrait plus lire les pensées des gens qu’il croise comme il aimait le faire. C’était leur première vraie mission, il avait dû infiltrer un groupe de personnes ayant un don. On leur avait dit qu’ils les utilisaient pour faire souffrir les autres comme tous leurs semblables et ils devaient tous les tuer. Ce qu’ils avaient fait. Jusqu’à ce qu’un enfant arrive en pleurant alors Fuyuko l’avait pris dans ses bras dans un élan de compassion et une balle avait transpercée leur deux corps. C’était un test et il avait échoué. Il n’était plus censé ressentir ce genre d’émotions encore moins y répondre. On leur avait demandé d’assassiner cette famille pour vérifier s’ils étaient parfaitement loyaux.


♫  ♫ ♫



«Elle était une arme. Elle ne devait plus être humaine, pourtant son cœur battait la chamade au rythme de la multitude de sentiments qui affluaient en elle. »


 Souffle court
Rapidité
Ombre qui s’abat
 

Lorsque le corps tomba, elle ne laissa rien paraître, on lui avait appris à cacher ses émotions, à en créer de toute pièce, à se créer des personnalités afin d’être l’espion parfait, afin qu’elle s’insère parmi les autres de son espèce pour mieux les tuer ensuite. Il en était de même à ce moment ou des millions de pensées lui traversaient l’esprit et qu’une idée s’insinuait peu à peu dans son esprit tel un venin. L’homme baissa son pistolet face à son manque de réaction, pensant que cela confirmait qu’elle était une arme à son service et qu’elle avait largement réussit son test. Il se trompait. Lorsqu’il se retourna, elle se jeta sur lui et lui trancha la gorge. Puis elle courut sautant au-dessus des cadavres et fuyant loin de ce lieu. Elle avait compris. Elle avait vécu dix-sept ans dans le mensonge. Elle n’était pas un monstre comme on lui avait fait croire, les monstres étaient ceux qui choisissaient de l’être, ceux qui tuaient sans aucune raison des êtres innocents, ceux à qui elle avait obéit aveuglément. La vérité s’imposait à elle claire et précise.


♫  ♫ ♫



«-Bonjour, j’ai besoin de vous parler, c’est à propos de Fuyuko.
Devant elle, la petite femme aux yeux bridés la fixait étrangement mais elle la laissa entrer comme si le prénom de  Fuyuko était le mot de passe.»


 Vérité trop dure
Masque inébranlable
Mensonge
 

Elle avait fui les Etats-Unis aussi rapidement qu’elle le pouvait. La nuit de la mort de Fuyuko, elle était retournée dans la maison où il gisait et elle avait pris tout l’argent qu’elle avait pu trouver sur les cadavres et dans les meubles. Elle avait laissé couler quelques larmes sur le corps qui se refroidissait puis elle s’était dépêchée de repartir avant que quiconque ne la découvre. Ensuite elle avait pris sa décision elle partirait pour le Japon, le pays natale de Fuyuko, elle avait sur elle les papiers d’une des femmes qu’elle avait tuée et qui lui ressemblait de loin (voir de très loin). Elle avait pris le premier vol en direction du pays du Soleil Levant, changeant par la même occasion son nom pour celui figurant sur les papiers, ne voulant plus avoir affaire à son identité passée. Désormais elle était Kayna Assan. Fuyuko lui avait appris quelques bribes de japonais et elle avait très vite appris sur place les rudiments. Elle entra au Japon sous cette fausse identité qu'elle garderait. Elle avait vécu de petits métiers parfois même de prostitution lorsqu’elle n’avait pas d’autre choix, juste assez pour survivre et mener à bien la mission qu’elle s’était donnée : retrouver les parents de Fuyuko. Il lui avait expliqué qu’il avait été élevé par sa tante qui vivait au Etats-Unis car ses parents n’avaient pas les moyens d’élever un enfant en bas âge. Et tout ce qu’il savait c’est qu’ils habitaient une maison délabrée à Tokyo. Elle avait sur elle une photo que Fuyuko gardait toujours avec lui, une photo où on y voyait des parents tristes qui confiaient leur enfant. C’est avec ce peu d’information qu’elle avait réussi à se trouver devant cette femme après quasi un an de recherche. Elle expliqua, en anglais, à cette pauvre mère que Fuyuko était mort en tentant de protéger un enfant en omettant de lui dire qu’il avait d’abord tué tout le reste de la famille. A chacune des questions qu’on lui posa, elle le présenta en homme de bien et n’avoua jamais les crimes qu’on l’avait obligé à commettre.


♫  ♫ ♫



«- Tu sembles convaincue de la cause que tu défends et je te pense apte à agir plus, je peux te mettre en contact avec des personnes qui apprécieront ton aide. »


 Nouveau chemin
Découverte
Destinée
 

Elle avait rejoint le mouvement des Indignés lorsqu’elle en avait pris connaissance, c’est-à-dire il y a trois ans. Cela faisait maintenant près de quatre ans qu’elle avait rejoint le Japon et elle parlait désormais couramment  le Japonais bien qu’elle ait un accent bien marqué. Elle avait pendant un certain temps voulu essayer d’effacer son passé mais celui-ci revenait sans cesse dans ses souvenirs. Elle revoyait chaque nuit tous les corps qui jonchaient le sol. Elle  avait compris ses erreurs. Elle avait compris qu’elle avait eu confiance en un père qui était déjà mort dedans. Elle avait compris qu’elle devait faire quelque chose pour en quelque sorte se faire pardonner. Bien que ce soit plus pour se convaincre qu’elle était encore humaine et pas totalement un objet créé par les « Délivreurs ». Elle avait donc choisi de défendre les gens comme elle, bien que personne ne sache qu’elle faisait partie des Kimyonas, pas même la mère de Fuyuko qui avait décidé de l’héberger à condition qu’elle ramène suffisamment d’argent. Elle travaillait désormais pour l’autre camp. C’est l’un des Indignés qui la recommanda aux Insurgés.





۞ PRÉNOM OU PSEUDO : Clélia
۞ AGE (facultatif) : 18 ans
۞ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Grâce à la fabricante de bombe
۞ COMMENT TROUVEZ-VOUS LE FORUM ? Tout mignon tout beau avec un beau potentiel, manque plus que des gens Razz
۞ PRÉSENCE SUR LE FORUM : 1/7 (en période scolaire), 5/7 (en vacances)


Dernière édition par Kayna Assan le Dim 23 Aoû - 6:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuna Tôgashi

avatar

PM : 0

♠ Identité de votre personnage
Race: Kimyōna C
Age: 17 ans
Métier: Etudiante/Fabricante de bombes...

MessageSujet: Re: Kayna Assan   Jeu 20 Aoû - 10:25

Très belle fiche et personnage :p

Moïra et moi même avons déjà vérifié l'histoire et les descriptions sont ok, tu es validée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Kayna Assan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Eldis Gil-Assan [Ecuyer de l'Ordre Rouge][Modification de fiche]
» Eldis Gil-Assan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RPG :: Gaikoku Kin'dai  ::  :: Les Nouveaux Arrivants :: Fiches Validées-